.
.

.

Surveillence Climatique

La surveillance climatique consiste à collecter quotidiennement des données et produire régulièrement des produits (bulletins de diagnostics et de l’état du climat, des références et des indices climatologiques, etc.), des cartes mensuelles pour divers paramètres climatiques, tels que les précipitations, les températures (moyennes, maxi et mini), sur le l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

  • Diagnostiques climatologiques
    – Bulletin mensuel de diagnostics climatologiques : comprenant les températures moyenne, maximale et minimale, hauteur totale de précipitation, autres éléments essentiels
    – État périodique du climat (veille) : bulletins et informations climatologiques destinés aux utilisateurs des CCR, selon les besoins, en fonction de la prévision d’anomalies climatiques régionales importantes
  • Références climatologiques : Données mensuelles des moyennes climatologiques comprenant les températures moyenne, maximale et minimale, hauteur totale de précipitation, autres éléments par station pour diverses périodes de référence : 1981-2010 ; 1971-2000 ; 1961-1990 ; 1951-1980
  • Indices climatologiques
    – Indices climatologiques des extrêmes (Rclimdex), selon les études
    – Indice de sècheresse (SPI) : 1 mois, 3 mois, 6 mois, 12 mois
    – ENSO
    – NAO
  • Suivi mensuel du climat

    rfe-08-18

    Année : 2020

    État du climat (veille)

    anp-07-19

    Année : 2020

  • Normale Climatologique :

    Ref 1981_2010    …….. ……….


  • ENSO

    NAO

    IOD

    Comme cela a déjà été précisé, l’indice SPI a été conçu pour quantifier le déficit de précipitations à de multiples échelles de temps, soit un calcul de moyenne sur une fenêtre glissante. Ces échelles de temps traduisent les incidences de la sécheresse sur les différents types de ressources et répondent aux besoins de différents décideurs. Les conditions météorologiques et l’humidité du sol (agriculture) réagissent relativement vite aux anomalies de précipitations, à une échelle temporelle de 1 à 6 mois par exemple, tandis que les eaux souterraines, le débit des cours d’eau et les volumes stockés dans les réservoirs sont sensibles aux anomalies de précipitations à plus long terme, c’est-à-dire à des échelles de temps de plus de 6 mois. La période sur laquelle porte l’indice SPI variera donc en fonction du type de sécheresse faisant l’objet des analyses et applications envisagées : on prendra par exemple l’indice SPI sur 1 à 2 mois pour une sécheresse météorologique, sur 1 à 6 mois pour une sécheresse agricole et sur 6 à 24 mois, voire plus, pour une sécheresse hydrologique. Lire la suite


    Cartes SPI: 2020  …….. ……….

    Autres indices